L'« oiseau blanc haï des longs serpents » de Virgile est par ailleurs souvent considéré comme une référence à la Cigogne blanche, même si le Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), essentiellement ophiophage, a également été proposé pour interprétation. Comme les adultes, les jeunes peuvent aussi claquer du bec[34]. La Cigogne blanche dépose parfois des fientes très diluées, contenant les matières fécales et l'urine, sur ses propres pattes, rendant celles-ci blanches[17]. Les deux parents participent à l'incubation pendant la journée, mais la tâche est assurée la nuit par la femelle seule[33]. Cet oiseau tenant un bébé dans son bec est une image populaire figurant par exemple sur les cartes de vœux envoyés à l’occasion de la naissance d’un enfant. La Cigogne blanche est considérée comme une utilisatrice d'outils, pouvant essorer des mousses avec son bec pour faire goutter de l'eau dans celui de ses poussins[31]. Si le jeune oiseau est appelé « cigogneau », autrefois il était parfois nommé « cigognat »[129]. « A[rdea] alba, remigibus nigris, cute ſanguinea. Quand il a fini de s'emplumer, le juvénile possède un plumage semblable à celui de l'adulte, avec toutefois des plumes noires souvent teintées de brun, et le bec et les pattes d'un brun-rouge ou orange plus terne que les parents. La répartition de l'espèce s'étend vers l'ouest de la Russie[95],[96]. Le folklore autour de la Cigogne blanche compte aussi des aspects négatifs. La mère alitée avant l'accouchement était dite « becquée » par la cigogne. Cette dernière a inspiré Jean de La Fontaine dans l'écriture de sa fable Le Renard et la Cigogne ; le même auteur écrit également Le Loup et la Cigogne. Dans son aire de répartition, la cigogne blanche se reconnaît facilement vue au sol, mais vue de loin, en vol, elle peut être confondue avec plusieurs autres espèces arborant des motifs similaires sous les ailes, comme le Tantale ibis (Mycteria ibis), le Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus) ou le Percnoptère (Neophron percnopterus)[15]. Couple de cigognes blanches sur leur nid, construit sur une cheminée en Haute-Franconie. Le nom de la cigogne figure dans plusieurs locutions : les plantes du genre Erodium sont appelées ainsi d'après la forme de leur fruit, et une espèce particulière, Erodium ciconium, était autrefois appelée « cou-de-cigogne », dorénavant « Érodium bec de Cigogne » ; le genre Pelargonium, qui est comme les Érodiums de la famille des Géraniacées, a son nom construit sur le grec ancien « πελαργός » (pelargos), signifiant « cigogne » ; l'expression « contes à la cigogne » désignait quant à elle des contes dépourvus de toutes vraisemblance, ridicules et faits pour amuser les enfants[129],[123]. En Allemagne, on expliquait les nouveau-nés handicapés ou mort-nés comme ayant été lâchés accidentellement en chemin par la cigogne, ou comme une punition pour de mauvais actes passés des parents[159] ; les angiomes de naissance portent parfois le nom de « Storchenbiss » (morsures de cigogne)[179]. Les colonies de rapaces, de Cigognes blanches et de Pélicans blancs peuvent s'étendre sur 200 km de long[114]. Généralement placé à grande hauteur, il est à l'abri des prédateurs terrestres[50] mais peut occasionnellement être construit au sol. Dans la mythologie slave, la cigogne fait naître les âmes en les apportant du paradis, Iriy, jusque sur la Terre, au printemps et en été[178]. Il ne semble pas se développer d'acariens parasites, ce qui pourrait être contrôlé par les espèces prédatrices. Les proies les plus courantes sont les insectes, principalement des coléoptères et des orthoptères (sauterelles, criquets et grillons), respectivement 49,5 % et 43,7 % des insectes lors d'une étude sur trois ans effectuée en Espagne à partir de pelotes de réjection, les insectes représentant 99,3 % du nombre total des proies[39]. Les oiseaux ont longtemps été associés à des symboles maternels, des déesses païennes comme Junon ou Ilithyie[125] jusqu'au Saint-Esprit, et la cigogne peut avoir été choisie pour son plumage blanc (représentant la pureté), sa taille (elle est assez grande pour transporter un nouveau-né) ou son vol à haute altitude (comparé à un vol entre la Terre et le Ciel)[159]. Au Moyen-Orient les migrations peuvent être entravées par le khamsin, le vent soufflant apportant des temps orageux ne permettant pas le vol. La légende sur l'origine des enfants est apparue sous différentes formes dans l'histoire, et l'on disait parfois aux enfants d'esclaves afro-américains que les bébés blancs étaient apportés par les cigognes tandis que les bébés noirs naissaient à partir d'œufs de buses[182]. Il est certain que les cigognes sont des oiseaux migrateurs et, qu'à la fin de l'été, ils regagnent des régions plus chaudes, l'Afrique de l'ouest en principe (Mauritanie). Les oiseaux eux-mêmes sont les hôtes d'espèces appartenant à plus de quatre genres d'acariens des plumes[68]. L'impact global des populations d'acariens n'est pas clairement déterminé ; ils pourraient jouer un rôle dans l'élimination des organismes nuisibles, ou avoir un effet négatif sur les oisillons[66],[67]. En 2003, une autre étude rapportait que, au cours des vingt années passées, les Cigognes blanches nichant dans la province de Poznań, dans l'ouest de la Pologne, arrivaient au printemps environ dix jours plus tôt qu'à la fin du XIXe siècle[105]. Une étude à long terme montrant une corrélation trompeuse entre le nombre de nids de cigognes et celui des naissances humaines est souvent citée dans l'enseignement basique des statistiques comme un exemple montrant que corrélation n'implique pas nécessairement causalité : c'est une illustration du sophisme cum hoc ergo propter hoc, parfois appelé « effet cigogne »[186],[187]. Les Néerlandais nomment l'oiseau Ooievaar de l'allemand odebaar pour « transporteur d'âmes »[179]. Si les attitudes menaçantes ne suffisent pas, des combats entre mâles éclatent, parfois sanglants et pouvant s'étaler sur plusieurs jours[37]. La Cigogne blanche a porté de nombreuses appellations en français, dans les dialectes locaux ou les langues régionales, dont ciconia, cigogno, cigougno, cigoigno, chigogne ou chigane[125]. En France, où l'espèce avait presque disparu dans les années 1970, elle est actuellement en train de reconquérir l'ensemble du pays : on comptait 973 couples en 2004[145], chiffre porté à 1 750 en 2011[147], puis à 2 400 en 2017[148]. Certaines populations sont situées sur la route de migration de l'Est, qui passe à travers Israël en direction de l'Afrique orientale et centrale[87],[88]. Le plumage est entièrement blanc pur, à l'exception des rémiges primaires et secondaires qui sont noires ; le pigment responsable de cette coloration est la mélanine[9]. Comme toutes les cigognes, l'espèce a de longues pattes — le tarse mesure de 20 à 25 cm[4] —, un long cou et un long bec droit et pointu[5]. Des vols de longue durée au-dessus de l'eau peuvent parfois être entrepris. », Comparative Biochemistry and Physiology Part B: Biochemistry and Molecular Biology, Journal of the Bombay Natural History Society, The Helminth Fauna of Indigenous White Storks (, Berliner und Munchener Tierarztliche Wochenschrift, Current Topics in Microbiology and Immunology, European Journal of Clinical Microbiology & Infectious Diseases, , « The Sixth International White Stork Census: 2004–2005 », A[rdea] alba, remigibus nigris, cute ſanguinea. Les dix premiers jours, les parents nourrissent les petits toutes les heures ; quand ces derniers ont atteint l'âge de deux ou trois semaines, les adultes reviennent toutes les deux heures[50],[33]. Le caractère durable de ce mythe du nouveau-né est possiblement lié au fait qu'il remédie à l'inconfort de parler de sexe et de procréation à des enfants. Moins souvent, la Cigogne blanche consomme aussi des œufs d'oiseaux, de jeunes oiseaux, des poissons, des mollusques, des crustacés et, en Afrique du Nord, des scorpions[24]. En Orient, un simple regard de l'oiseau suffit à rendre une femme enceinte[179]. Chacun le sait, le rôle des cigognes est d'apporter les bébés ! Un changement de nid est souvent lié à un changement dans l'appariement et à une saison de reproduction mauvaise l'année précédente ; les jeunes oiseaux sont ainsi plus susceptibles de changer de site de nidification[53]. Le mâle revient plus tôt dans la saison, et choisit le nid. Ces arthropodes, comme Freyanopterolichus pelargicus[69],[70] et Pelargolichus didactylus[70] vivent sur les champignons qui poussent sur les plumes, qui pourraient eux-mêmes se nourrir de la kératine des plumes extérieures ou des corps gras les recouvrant[71]. Chaque année la femelle pond généralement quatre œufs (une ponte de cinq œufs a été constatée en 2018 dans le Territoire de Belfort), qui éclosent de manière asynchrone, 33 ou 34 jours après la ponte. Depuis l'Europe, le folklore s'est propagé partout dans le monde aussi loin que dans les Philippines et en Amérique du Sud[159]. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les nids de la Cigogne blanche abritent une multitude de petits arthropodes, en particulier au cours des mois les plus chauds qui suivent l'arrivée des oiseaux sur leurs aires de reproduction. Un carpo-métacarpe des couches du Miocène moyen sur l'île de Maboko présente les mêmes difficultés d'identification[143],[142]. Les aînés peuvent atteindre le bec des parents et y obtenir leur nourriture[63]. On a retrouvé cet oiseau nichant jusqu'à 2 000 m d'altitude en Arménie[102]. Mais pour les méchants garçons aucun. Le vieil oiseau a perdu ses plumes et est incapable de voler. Plutôt solitaires lors de la nidification, elles se montrent particulièrement grégaires pour la migration. Apporte-moi des petits pains, Cette maison de village au charme certain s'est installée dans un village à[...], Dans un charmant petit village situé à une quinzaine de kilomètres à l'oues[...], NERS, A 20 mn de Nimes et 15 mn d'Alès, Belle villa récente bénéficiant de [...]. L'un contourne la mer par l'est, passant par le Bosphore en Turquie, traversant le Levant, puis en contournant le désert du Sahara en descendant vers le sud par la vallée du Nil ; il est emprunté par 340 000 oiseaux, formant des rassemblements spectaculaires[3]. Dans certaines parties de la Pologne, les sols naturellement pauvres en ressources alimentaires ont contraint les Cigognes blanches à chercher leur nourriture dans les décharges depuis 1999[99]. L'eau est versée directement du bec des adultes dans celui des jeunes[36]. Ces acariens sont dispersés par les coléoptères coprophages, notamment de la famille des Scarabaeidae, ou sur du fumier apporté par les cigognes lors de la construction du nid. Le mythe est toujours entretenu avec des utilisations dans les faire-part de naissance, ou dans la publicité pour des produits tels que des couches[159]. La dernière modification de cette page a été faite le 14 novembre 2020 à 12:44. La première trace remonterait à 1840 avec un poème gravé par l'allemand Jean Frédéric Wentzel[175], mais ce mythe a probablement une origine très ancienne ; il est popularisé par le danois Hans Christian Andersen au XIXe siècle par son petit conte intitulé Les Cigognes[176]. Le mot hébreu pour désigner cette cigogne est « חסידה » (chasidah) et dérive de « חסד » (chesed), la « gentillesse, miséricorde », selon une croyance que l'oiseau est réputé pour être serviable avec les autres membres de son espèce[159]. — La Cigogne est un oiseau très affectueux, celle que vous voyez dans la miniature transporte son vieux parent sur son dos. Ces croyances sont toujours présentes dans la culture populaire moderne de nombreux pays slaves, au travers de l'histoire pour enfants simplifiée expliquant que les cigognes apportent les enfants dans ce monde[180]. L'oiseau est le protagoniste de deux des fables d'Ésope : Du Laboureur et de la Cigogne et Du Renard et de la Cigogne. — Les enfants, cela devrait vous apprendre à être toujours aimable et obéissant avec votre Père et votre Mère. Cependant, l'Ancien Testament la considérait comme un animal impur. Les oiseaux bagués peuvent parfois souffrir d'une accumulation de fientes autour de l'anneau qui leur blesse les pattes et peut entraîner des nécroses mortelles[29],[30]. Le régime alimentaire des oiseaux non reproducteurs est similaire à celui des oiseaux nicheurs, mais les proies sont plus souvent prises dans les zones sèches[44]. La Cigogne blanche niche en grand nombre dans les régions aux prairies ouvertes, en particulier aux zones herbeuses humides ou périodiquement inondées, et moins dans les zones plus végétalisées, buissonneuses ou forestières[58]. En vol battu, les mouvements d'ailes sont lents et réguliers. La femelle pond généralement quatre œufs, mais des pontes d'un à sept œufs ont déjà été signalées[34]. Chez la Cigogne blanche les couples reproducteurs peuvent se réunir en petits groupes pour chasser, et dans certaines régions des oiseaux forment des colonies pour nidifier[24]. Elle a ensuite été vue survolant St Mary's, et est arrivée dans un mauvais état à Madère trois jours plus tard. Les jeunes oiseaux sont nourris avec des vers de terre et des insectes, qui sont régurgités par les parents sur le fond du nid. Les zones nues sont plus vivement colorées pendant la saison de reproduction[12]. Les oiseaux sont stressés après un long vol battu leur évitant de trop dévier de leur itinéraire, et un certain nombre meurt. Son régime alimentaire varie selon la saison, l'endroit et la disponibilité des proies. Des oiseaux debout peuvent ainsi lisser les plumes de la tête d'oiseaux assis, les parents toiletter leurs jeunes ou ces derniers se nettoyer mutuellement[26]. Si un individu arrivant à un nid reste généralement pour s'y reproduire, on a observé dans le sud-ouest de la Pologne plusieurs couples se succéder dans un même nid avant qu'un ne se décide à s'y établir[54]. Les œufs sont blancs, mais ont souvent l'air sales ou jaunâtres à cause d'un revêtement gluant. Entre 1906 et la Seconde Guerre mondiale près de 100 000 Cigognes blanches sont baguées, principalement des juvéniles, et plus de 2 000 « reprises » longue-distance (c'est-à-dire d'oiseaux capturés à nouveau, loin de leur lieu de baguage) d'oiseaux portant des bagues de Rossitten sont effectuées entre 1908 et 1954[106]. Cela pourrait être lié au réchauffement climatique, menant également d'autres animaux et des plantes à des altitudes plus élevées[104]. On la retrouve beaucoup en héraldique, parfois avec un serpent dans le bec, comme dans les armoiries de la famille des Cicogna de Venise ou de La Haye, aux Pays-Bas[172]. En Afrique, sur les aires d'hivernage, on la retrouve dans les prairies, les zones humides, et les terres agricoles. Que chacun en tire la conclusion qui lui convient. Il arrive souvent que d'autres espèces d'oiseaux nichent dans les grands nids de la Cigogne blanche. Les nids de la Cigogne blanche abritent une multitude de petits arthropodes, en particulier au cours des mois les plus chauds qui suivent l'arrivée des oiseaux sur leurs aires de reproduction. La structure sociale et la cohésion du groupe est maintenue par des comportements altruistes comme le toilettage réciproque, un comportement exclusivement présent au nid. Une étude portant sur une douzaine de nids a trouvé 13 352 individus appartenant à 34 espèces, les plus communes étant Macrocheles merdarius, M. robustulus, Uroobovella pyriformis et Trichouropoda orbicularis, qui représentent près de 85 % des individus trouvés. En Allemagne, les cigognes étaient protégées car leurs âmes étaient dites humaines ; la présence d'un nid sur une maison était censé protéger la demeure des incendies[163]. Pour éviter la longue traversée de la Méditerranée, les oiseaux d'Europe centrale empruntent deux tracés différents. Les premiers éléments de compréhension sur la migration des oiseaux sont dus à un intérêt porté à la Cigogne blanche : l'appellation de Pfeilstorch (de l'allemand « cigogne à flèche ») désigne des cigognes ayant été touchées par des flèches africaines et retrouvées en Europe avec l'arme toujours fichée dans le corps. Cependant des oiseaux bagués en Allemagne ont été recapturés dans l'ouest et dans le sud de l'Inde, respectivement à Bîkâner et Tirunelveli[92],[93]. Les Cigognes blanches passant l'hiver en Inde se nourrissent parfois avec la Cigogne épiscopale (Ciconia episcopus)[45]. Le Pélican blanc a des pattes courtes qui ne dépassent pas de la queue en vol, alors que c'est clairement l'inverse pour la cigogne. 11'000 km et ceux de la route occidentale de 5'000 km. Elle préfère se nourrir dans les prairies qui se trouvent dans un rayon de 5 km autour de son nid et sur les sites où la végétation est courte, de sorte que ses proies sont plus accessibles[38]. Cette méthode de vol est toutefois dépendante de la chaleur fournie par le soleil et empêche les oiseaux de voler de nuit[121]. Des rapports fréquents sont généralement signe de compétition spermatique ou de relations hors couple, mais ce deuxième comportement est rare chez la Cigogne blanche[55]. La Cigogne blanche est un grand oiseau mesurant entre 100 et 115 cm de long, cette mesure étant prise du bout du bec au bout de la queue sur un individu mort ou une peau placés sur le dos[2]. Ardea alba, remigibus rubris. Nidus ad pagos in altis, reſonans Paſſeribus ; huic honos ſerpentum exitio tantus, ut occidere nefas ; noctu ſtridet ; migrat trans pontum in Ægyptum, Æthiopum ; æſtivat inter Sveciam & Italiam. ». Elles passent l'hiver dans la savane du Kenya et d'Ouganda, au sud jusque dans la province du Cap, en Afrique du Sud[109]. La température et les conditions météorologiques au moment de l'éclosion sont importantes ; les températures fraîches et le temps humide diminuent le succès reproducteur en augmentant le taux de mortalité des poussins[58]. La Cigogne blanche est considérée comme espèce de « préoccupation mineure » par l'Union internationale pour la conservation de la nature. En Allemagne, la majorité des 4 482 couples reproducteurs se trouvent dans l'Est du pays, en particulier dans les länder de Brandebourg et de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale (respectivement 1 296 et 863 couples comptés en 2008)[146]. Cependant la taille des groupes varie énormément d'une colonie à l'autre, et il n'existe pas de structure sociale précise. Les Cigognes blanches quittent leur aire de reproduction d'été en août et septembre en Europe, s'envolant vers le sud pour rejoindre l'Afrique[38]. La Cigogne blanche compte également plusieurs types de parasites internes, comme les protozoaires du genre Giardia, des parasites intestinaux[73], et Toxoplasma gondii[74]. L'extrémité distale de l'humérus droit fossilisé d'une cigogne a été retrouvé dans des couches datant du Miocène, sur l'île de Rusinga du lac Victoria, au Kenya[141],[142]. […], Preliminary Results of the VI International White Stork Census 2004/05, Restoring the Dutch White Stork Population: a Charismatic Species Brought Back by Targeted Conservation Work, AEWA - Annex 2: Waterbird Species to Which the Agreement Applies, Agreement on the Conservation of African-Eurasian Migratory Waterbirds, The Swedish White Stork Reintroduction Program, Journal of the American Psychoanalytic Association, Der Sprössling: Fachschaftsrat Biologie der Universität Rostock, Polish Information and Foreign Investment Agenc, The Society of Analytical Psychology: Jungian Analysis and Psychotherapy, Union internationale pour la conservation de la nature, code international de nomenclature zoologique, Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie, 10.1890/1051-0761(2001)011[0060:FIAPAD]2.0.CO;2, 10.1675/1524-4695(2002)025[0424:TFCOIA]2.0.CO;2, 10.1637/0005-2086(2003)047[0506:CFIFWS]2.0.CO;2, 10.1642/0004-8038(2006)123[1103:SNDOWS]2.0.CO;2, Trésor de la langue française informatisé, Centre national de ressources textuelles et lexicales, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Cigogne_blanche&oldid=176580245, Taxobox utilisant la classification selon le Congrès ornithologique international, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. L'épithète d'origine, ciconia, a depuis été reprise, selon les conventions du code international de nomenclature zoologique (ICZN). Ils mesurent en moyenne 72,58 × 51,86 mm[57], et pèsent de 96 à 129 g[34], dont 10,76 g de coquille[57]. Une expérience avec de jeunes oiseaux élevés en captivité à Kaliningrad et relâchés en l'absence de cigognes sauvages pouvant leur servir d'exemple a révélé qu'ils semblaient avoir un instinct de voler vers le sud, même si la dispersion dans la direction était importante[118]. On a observé des oiseaux retournant en Lettonie au cours du printemps repérer leurs proies, des grenouilles Rana arvalis, en suivant les appels nuptiaux produits par des rassemblements de grenouilles mâles[42]. En Pologne, on a ajouté des plates-formes au-dessus de poteaux électriques pour éviter que le grand nid de l'oiseau ne cause des problèmes de distribution, et les nids sont parfois déplacés d'un poteau électrique à une plate-forme artificielle[51]. Chez l'espèce, les muscles de la syrinx sont réduits[32]. Le son principal émis par la Cigogne blanche adulte est un claquement de bec bruyant, qui a été comparé à des tirs lointains de mitrailleuses. En attendant l'an prochain, car elles rejoindront à nouveau leur site de nidification les beaux jours revenus.